Indice cubital

mercredi 12 avril 2017
par  Jacques Freney

MODE OPÉRATOIRE POUR LA RÉALISATION D’UN INDICE CUBITAL

=> MENU ETUDES => ETUDES RUCHERS => Indice cubital

Cette procédure permet l’enregistrement des deux valeurs mesurées sur une aile d’une centaine d’abeilles, afin d’établir l’indice cubital d’une colonie. Les résultats obtenus seront utilisés pour la sélection des lignées.

1 - GÉNÉRALITÉS SUR L’INDICE CUBITAL

Il existe plusieurs races d’abeilles qui se distinguent nettement par des différences de comportement et d’aspect physique. Ceci est le résultat d’un isolement de milliers d’années résultant des périodes glaciaires qui ont repoussé les abeilles dans l’extrême sud de l’Europe, Espagne, Italie, Grèce et Turquie.

Nos races abeilles sont le résultat de la dernière période glaciaire qui a duré 120 000 ans et s’est terminée en Europe il y a environ 8000 ans.

Dans ce logiciel nous avons retenu uniquement les quatre races principales d’origine : Apis Mellifera Mellifera (abeille noire), Apis Mellifera Ligustica (abeille italienne ou abeille jaune), Apis Mellifera Carnica (carnolienne) et Apis Mellifera Caucasica (abeille noire),

L’indice cubital est l’un des moyens dont nous disposons nous les apiculteurs de terrain, pour obtenir rapidement et à moindre coût le classement sans doute approchant, mais suffisant de la race d’abeille de la colonie que nous voulons reproduire.

Le caractère physique que nous retenons pour effectuer l’indice cubital est l’aile de l’abeille, et en particulier la mesure de deux longueurs de nervure situées au bord d’une cellule appelée "cellule cubitale". Comme il s’agit d’un rapport de deux longueurs, le résultat est indépendant de l’environnement de l’abeille, grosseur en particulier.

Nous tiendrons aussi compte de la couleur de l’abeille. La présence de coloration jaune est un signe de métissage pour les races noires, carnoliennes et caucasiennes.

D’autres caractères physiques peuvent être aussi retenus en fin de sélection : pilosité abdominale, largeur de la quatrième bande abdominale en partant du thorax, longueur de la langue, analyse ADN, coordonnées de points repères sur l’aile ...
Il ne faut cependant ne pas perdre de vue que la multiplication des critères de sélection (production, maladie, comportement, pureté de la race ...) se traduit souvent par l’élimination de pratiquement toutes les ruches présélectionnées dans les ruchers de production.

Ce que nous recherchons principalement en effectuant un indice cubital est la sélection d’une race apparemment pure et non métissée.
Si une abeille "Noire" métissée "Ligustica" est souvent immédiatement repérable par la présence de jaune sur son abdomen, il n’en est pas de même pour une abeille "Noire" métissée "Carnica", qui sera de couleur noire uniforme.
Et il est évident qu’avec une abeille métissée non stabilisée, le résultat de l’élevage ne pourra être qu’aléatoire au niveau des races et donc des comportements.

Remarque :
C’est la descendance de la reine (ouvrières) que nous étudions afin d’en retrouver les caractéristiques dans un élevage royal artificiel.
Comme la spermathèque de la mère peut contenir le sperme de plus d’une dizaine de mâles, la descendance risque donc d’être hétérogène. Pour cette raison une étude réalisée sur quelques individus n’assure aucune garantie de résultat. Il est donc conseillé de travailler sur une centaine d’abeilles.

Le logiciel permet après chaque saisie de visualiser la courbe des indices, et donc de contrôler l’avancement de l’étude. Si nous recherchons une race "pure", et que des caractères de métissage apparaissent au bout de quelques saisies, ce n’est pas la peine de continuer les mesures. La reine ne sera pas sélectionnée.

2 - MODE OPÉRATOIRE POUR LA RÉALISATION DES MESURES

En 1967 et dans les années qui ont suivi, nous avons utilisé un moyen classique à l’époque, c’est-à-dire la projection d’une diapositive constituée d’un adhésif transparent sur lequel étaient collées une douzaine d’ailes. Les nervures étaient mesurées sur un écran ou sur un mur avec l’aide d’un double-décimètre.

Nous avons aussi essayé les mesures au microscope avec objectif gravé, mais le travail est long et pénible.

Actuellement le moyen le plus pratique pour réaliser ces mesures est l’utilisation d’un scanneur de diapos et la prise de mesure sur l’ordinateur. Mais attention aux modèles de scanneurs pas chers qui sont souvent des jouets inutilisables pour ce travail.
Comme les scans sont enregistrées, il est possible d’opérer à temps perdu et en plusieurs fois.

Pour prélever les abeilles :

- Prélèvement des abeilles sur un rayon de couvain de la colonie, en prenant garde de ne pas capturer la reine. Un pot de miel vide peut servir de contenant.
- congeler le pot pour tuer rapidement les abeilles et éventuellement les conserver.

Pour effectuer les mesures :

- décongeler les abeilles à la température ambiante et les laisser sécher quelques minutes.
- arracher délicatement les ailes droites d’une centaine d’abeilles et les déposer sur un papier.

- coller ces ailes sur la partie adhésive d’une diapositive spécialement préparée pour cela.

- scanner les "diapos"

- agrandir à l’ordinateur une dizaine de fois la photo de la diapo jusqu’à la limite de la netteté.

- mesurer les longueurs des deux ailes sur écran d’ordinateur avec un des logiciels téléchargeables sur internet. La longueur des nervures est donnée en pixels. Les longueurs mesurées sont très précises.

3 - ENREGISTREMENT ET EXPLOITATION DES MESURES

Nous allons procéder à l’enregistrement des données, mais pour cela nous devons commencer par créer une étude qui correspond aux caractéristiques du prélèvement : numéro de l’étude, nom de ruche, numéro de mère ...

=> "CRÉER NOUVELLES ÉTUDE" deux solutions sont possibles :

- soit la ruche est présente dans l’exploitation et est encore active. Choisir le terrain puis la ruche dans les deux bandes déroulantes puis cliquer sur le bouton "CRÉER ÉTUDE PERSO"

- soit les abeilles proviennent de l’extérieur, par exemple d’un collègue apiculteur, et dans ce cas il suffira d’inscrire un nom fictif dans la case "RUCHE HORS EXPLOITATION" puis de cliquer sur le bouton "CRÉER ETUDE EXTÉRIEURE"

Si l’enregistrement a été fait correctement, un numéro d’étude différent de zéro s’affiche sur l’écran.

Si deux études sont faites la même année sur la même ruche, la création de la 2ème étude est impossible par sélection du terrain et de la ruche. Il est cependant possible de créer cette ruche pour la 2ème fois en "HORS EXPLOITATION" en ajoutant un indice à son nom. Il vous sera alors possible de modifier par la suite le contenu de la fiche : N° de mère, N° de colonie ...

À tout moment il est possible de sélectionner une étude qui deviendra l’étude en cours
- soit en cliquant sur le bouton "VISUALISER LES ÉTUDES" et en visualisant une ligne par un double-clic. C’est la dernière étude visionnée qui deviendra l’étude en cours si nous cliquons sur le bouton "ENREGISTRER". Cette action permet en outre de mettre automatiquement à jour tous les résultats de cette étude, ce qui ne sera pas le cas si nous cliquons sur le bouton "QUITTER".
- soit en cliquant sur le bouton "SÉLECTIONNER UNE ÉTUDE", en sélectionnant une ligne et en cliquant sur le bouton "CONTINUER"

=> "ENREGISTRER LES INDICES"

Dès qu’un numéro d’étude différent de zéro est affiché à l’écran, il est possible de procéder à l’enregistrement des valeurs mesurées sur les ailes des abeilles (voir le schéma). Pour réaliser une analyse sérieuse, il est conseillé de prévoir une centaine d’abeilles.

Après la saisie d’une suite d’un maximum de douze données "Long A" et "Long B", cliquer sur le bouton "ENREGISTRER", pour stocker ces valeurs et les remettre à zéro sur le tableau. Le nombre d’indices enregistrés s’affiche après chaque saisie.
Si la valeur du rapport des deux longueurs sort des limites classiques, le programme vous le signalera.

Le bouton "MODIF INDICES" permet de visualiser ou de modifier les valeurs saisies.

=> "VISUALISER DES ÉTUDES"

Le bouton "VISUALISER LES ETUDES" permet de faire apparaître la liste des études enregistrées, puis par un double-clic de visualiser les courbes des indices.

Cette opération effectue la mise à jour de la fiche récapitulative de l’étude.
Le numéro d’étude de la dernière ligne visualisée est retenu par le programme et la fiche récapitulative est affichée sur la partie droite du tableau.
Nous reviendrons par la suite sur l’interprétation des graphes et de la fiche récapitulative.

=> "MODIFIER UNE ÉTUDE" permet de modifier certaines rubriques de l’étude sélectionnée et en particulier d’ajouter des remarques. Les autres rubriques non modifiables sont automatiquement générées par le programme par visualisation des études.

=> "SUPPRIMER UNE ÉTUDE" permet de supprimer après confirmation, l’étude dont le numéro est sélectionné.

=> "AJOUTER PHOTOS D’UNE ÉTUDE"
Le bouton "AJOUTER PHOTOS D’UNE ÉTUDE" permet de saisir une ou plusieurs diapos des abeilles ou de la mère, afin de bien en retenir l’aspect. Les trois premières photos apparaissent sous la fiche de l’étude sélectionnée.

Remarque sur la saisie des diapos. Afin de ne pas encombrer inutilement le fichier des datas de votre programme, il est conseillé d’alléger la photo en la réduisant au format 768 * 576 pixels en résolution 72.

=> "SUPPRIMER PHOTOS D’UNE ÉTUDE" permet de supprimer des photos enregistrées. Il suffit de sélectionner la ou les lignes correspondantes et de cliquer sur le bouton "CONTINUER"

4 - LECTURE ET INTERPRÉTATION DES GRAPHES

Le bouton "VISUALISER LES ETUDES" permet de faire apparaître la liste des études enregistrées, puis par un double-clic de visualiser les courbes des indices.

Toutes ces courbes doivent être interprétées. Par exemple l’indice de "Mellifera caucasica" est entièrement recouvert par celui de "Mellifera Mellifera" notre abeille noire. Il est donc impossible de les distinguer par ce critère unique.
Par contre si nous sélectionnons depuis quelques années de l’abeille "Mellifera caucasica", que l’indice reste dans les limites de ceux de cette abeille, que cette abeille est grise, qu’elle propolise beaucoup ... alors nous avons des chances d’avoir vraiment affaire à cette race.

Quelquefois deux ou trois valeurs sur une centaine, se retrouvent hors des limites de ceux d’une race. Ceci peut être aussi le résultat d’une dérive d’abeilles extérieures à la ruche.

L’analyse d’un échantillon ne comportant que des abeilles de couleur noire, ne signifie pas forcément que les abeilles n’ont pas un peu hérité de gènes d’abeille "Mellifera ligustica", l’abeille jaune.

Cependant, la recherche des races d’abeilles par utilisation de l’indice cubital donne une approximation suffisante des caractéristiques d’une colonie, pour l’apiculteur de terrain désirant sélectionner et élever des reines à partir de son cheptel.

Graphe en classification RUTTNER

Le premier graphe qui apparaît est une courbe obtenue par des séries de classes définies par le professeur RUTTNER pour obtenir une distribution des valeurs selon une courbe de Gauss.
Tous les résultats présentés sont calculés directement par le programme et ne sont pas modifiables.
Par contre, en bas de tableau, il est possible d’inscrire des remarques par exemple sur l’origine des abeilles ...

À gauche de cette case, il est possible de cliquer sur un petit bouton carré qui fera apparaître une autre case de remarques visibles et accessibles uniquement si ce bouton est coché.

Graphe en classification DREHER

Cette classification se distingue très légèrement de celle du professeur RUTTNER. Les fourchettes de classes utilisées sont plus restrictives en classification DREHER qu’en classification RUTTNER.

Ceci est particulièrement marqué au niveau de l’indice "Mellifera carnica" qui va jusqu’à 5,01 pour la classification RUTTNER contre seulement 3,20 en classification DREHER.

Graphe en classification A/B*10 ou "Indice MCLC"

Cette classification est réalisée sur les bases des limites des valeurs d’indice cubital des races d’abeilles, limites définies par le Professeur RUTTNER.

La multiplication du métissage des abeilles qui s’est accéléré depuis les années 70, ne nous permet plus de connaître par des moyens simples la race de nos abeilles et encore moins le degré de métissage.

Par exemple nous avons trouvé que des reines inséminées vendues pour des Carnoliennes étaient en réalité des métisses "Mellifera Noire" et "Mellifera Carnica".

De même des reines inséminées vendues sous le nom de Buckfast par différents éleveurs, n’avaient rien à voir les unes avec les autres.
Bien que composées principalement de Ligustica, certaines courbes penchaient vers la Caucasica ou la Mellifera noire, et d’autres vers la Carnica.

Pour cette raison, ce logiciel donne un moyen simple de les comparer.
Il donne pour chaque étude un "Indice MCLC théorique", pour Mellifera, Caucasica, Ligustica et Carnica.
Cet indice donne 4 chiffres séparés par des traits obliques. Chaque chiffre correspond au pourcentage estimé de chaque race de l’échantillon.
Cet "Indice MCLC théorique" n’est pas modifiable.
Ce chiffrage est bien sûr théorique, mais il permet de comparer les mères entre elles au niveau de leur race estimée.

"Indices MCLC théorique"

26 / 31 / 33 / 10 => pour 26 % de noires, 31 % de Caucasiennes,
33 % d’Italiennes et 10 % de Carnoliennes

Dans le cas de races supposées pures, le calcul automatique donnera :
100 / 00 / 00 / 00 => pour 100 % de Mellifera Mellifera
00 / 00 / 00 / 100 => pour 100 % de Carnoliennes

"Indice MCLC amélioré"

Mais ce chiffrage dans certains cas très estimatif peut être amélioré en décochant certaines cases c’est cela que nous appelons "Indice MCLC amélioré".

Par exemple si toutes les abeilles ont l’abdomen noir sans aucune trace de jaune, on peu estimer qu’il n’y a pas ou très peu de présence de Ligustica. On peut donc théoriquement décocher la case Ligustica.
Mais prudence, nous avons quelquefois trouvé des colonies avec des abeilles de couleur noire et jaune et dont l’indice correspondait exactement à celui de l’abeille "Mellifera noire".

38 / 48 / 00 / 14 => pour 38 % de Mellifera Mellifera, 48 % de Caucasiennes, 0 % d’Italiennes et 14 % de Carnoliennes.

Nous pouvons aussi décocher la case Caucasica en estimant qu’il n’y en a pas ou très peu de cette race d’abeilles dans l’échantillon :

73 / 00 / 00 / 27 => pour 73 % de Mellifera noires, 0 % de Caucasiennes, 00 % d’Italiennes et 27 % de Carnoliennes

Si une courbe commence en pente douce à partir de la classe 9, nous pouvons aussi estimer qu’il n’y a pas de Mellifera Mellifera dans cet échantillon, mais qu’il y a sans doute présence de Caucasica ...

Pour l’étude suivante, nous avons décoché la case "Caucasica". L’Indice MCLC amélioré devient donc différent de l’indice MCLC théorique.

Remarques :
Lors de la première ouverture du graphique d’une étude :
- si le programme estime que cet échantillon correspond à une race pure, la case correspondant à cette race sera automatiquement cochée.
- si le programme estime que cet échantillon correspond à des abeilles métissées, aucune case ne sera cochée.
- si nous cochons manuellement une ou plusieurs cases, ces choix seront enregistrés et réapparaîtront lors d’une future visualisation de l’étude.
- seul l’indice "MCLC amélioré" est affecté par ces choix de cases cochées, l’indice "MCLC théorique" n’en tient pas compte.

5 - CONCLUSIONS

Cette procédure "Indice cubital" est le complément logique de la procédure "Sélection colonies et reines".
Après une sélection reposant essentiellement sur le comportement d’une colonie, il est important de connaître la race des abeilles qui la compose, et en particulier d’éliminer de la sélection les métisses sources de descendance hétérogène.
Cependant si nous pensons avoir affaire à une souche métissée, mais stabilisée, "l’indice MCLC théorique" permettra de le vérifier. Les quatre chiffres obtenus par l’étude de l’indice cubital des ouvrières de la reine mère doivent être très proches de ceux obtenus par l’étude de l’indice cubital des ouvrières de la reine fille.

Une telle recherche demande 2 à 3 heures de travail de préparations et de mesures. Elle peut être rapidement interrompue si nous constatons dès le début de l’enregistrement, que cette colonie ne correspond pas à la race que nous souhaitons.